Retour à la liste
Samedi 4 septembre 2021,
16h
Durée : 25 min
Les Jardins de Barbirey

WE#1 - En son jardin

Emmanuelle Huynh & Christian Sebille

« Nous avons décidé d’imaginer non pas un projet en référence au passé, mais résolument orienté sur nos préoccupations artistiques présentes, comme une proposition que nous aurions exposée à Frédéric.
Ce qui nous réunit est la question de la nature sur deux axes différents : la nature comme témoin de l’histoire dans un temps immémorial et le paysage comme espace de perception (intérieur et extérieur).
Emmanuelle Huynh développe depuis février 2020 la question mémorielle de l’arbre et l’eau comme témoins d’histoires perdues. Par une danse avec les arbres en des lieux dispersés, elle invoque ce dont les arbres ont été les témoins : Embrasser un arbre c’est embrasser le temps.
Christian Sebille habille le paysage par le son qui s’en trouve transformé, habité par des ailleurs. Une métamorphose de l’espace.
Là où la danse s’adresse au temps, la musique s’empare de l’espace.
Considérer le sol comme une limite entre le dessus et le dessous, permet d’imaginer une permutation qui évoque la racine comme partie invisible de l’arbre. »
Emmanuelle Huynh & Christian Sebille

A propos
du spectacle

Emmanuelle Huynh : chorégraphie, danse

Christian Sebille : musique, électronique

Nuno Bizarro : regard extérieur

©DR

 

 

Biographie des artistes : 

Emmanuelle Huynh, danseuse, chorégraphe et enseignante, a étudié la danse et la philosophie. Son travail explore la relation avec la littérature, la musique, la lumière, l’ikebana (art floral japonais) et l’architecture.De 2004 à 2012, elle dirige le Centre national de danse contemporaine à Angers et y refonde l’Ecole en créant notamment la formation « Essais » qui dispense un « master danse, création, performance ». En 2016, avec Jocelyn Cottencin, ils créent A taxi driver, an architect and the High Line, un portrait de la ville de New York à travers son architecture, ses espaces, ses habitants, composé de films portraits et d’une performance, puis un portrait de Saint-Nazaire en 2019, Nous venons de trop loin pour oublier qui nous sommes. Ils poursuivent leur collaboration et réaliseront des portrait(s) sensibles, filmés et dansés de la ville de Sao Paulo au Brésil et de Houston aux Etats-Unis en 2021 et 2022. 

 

Nommé depuis 2011 à la direction du GMEM, Centre national de création musicale de Marseille, Christian Sebille exerce la double activité de directeur de structure et de compositeur. Il se consacre dès 1983 à la musique électroacoustique qu’il étudie avec Jean Schwartz et Philippe Prévost (Ircam), puis en 1987 aux musiques mixtes au sein de la Muse en Circuit avec Luc Ferrari. Dès 1993, il fonde à Reims Césaré, qui deviendra en 2006 Centre national de création musicale et dont les choix artistiques sont tournés vers l’ouverture et la rencontre des disciplines artistiques et des styles. Ainsi, il favorise une recherche sur la diversité et sur les formes nouvelles de (re)présentation de la création musicale. De 1999 à aujourd’hui, il réalise un large cycle d’installations musicales (Série intitulée Miniatures) dont la onzième commandée par la ville de Dijon est particulièrement ambitieuse, tout comme la treizième conçue pour le château d’If de Marseille.

s'incrire à la missive Pour recevoir nos actualités