Retour à la liste
Mardi 31 août 2021,
Barbirey-sur-Ouche, Dijon et alentours

Communiqué de presse Entre Cour et Jardins 2021

Après une escapade jurassienne en automne 2020, le festival Entre cour et jardins revient en Côte d’Or pour sa 22ème édition. Plus exactement entre Barbirey-sur-Ouche, dans les jardins du château qui ont vu naître la manifestation en 1999, et la métropole dijonnaise. 3 week-ends de créations situées, de découvertes ou redécouvertes du patrimoine naturel et architectural local au travers d’expériences sensorielles inédites.

Une trentaine d’artistes, chorégraphes, créateurs sonores, vidéastes, autrices viendront proposer des interprétations renouvelées des lieux qu’ils investissent.

> 4 & 5 septembre / 18 & 19 septembre / 2 & 3 octobre

 

Le premier week-end du festival (4 & 5 septembre), un hommage sera rendu à Frédéric Bonnemaison, créateur du festival, disparu en février dernier. Ces deux journées à Barbirey-sur-Ouche lui seront dédiés autour d’une programmation qui réunira, du samedi après-midi au dimanche midi, des artistes qui ont marqué les précédentes éditions. Pour nombre d’entre-eux·elles, il s’agissait de leur toute première expérience de l’in situ  comme Boris Charmatz, DD Dorvillier, Philippe Quesne, Emmanuelle Huynh, Julie Nioche, Christian Rizzo ou Laurent Pichaud. Des installations sonores de Sébastien Roux, de Christian Sebille et de la revue WATT, des textes de Célia Houdart lus au crépuscule et une installation vidéo de Sophie Laly à la tombée de la nuit, complèteront cette programmation hommage et accompagneront les publics et les proches dans la douce intimité d’une nuit à Barbirey-sur-Ouche.    

 

Les deux autres week-ends (18 & 19 septembre et 2 & 3 octobre) se déclineront sur Dijon et plusieurs communes périphériques. Le coeur historique de Dijon sera investi par de nombreuses créations situées pour les journées du Patrimoine : Deepspace et Hyperspace du jeune chorégraphe australien James Batchelor ; Metakutse, une création pour quatre danseuses de la chorégraphe belge Louise Vanneste ; La ronde, une partition vocale et chorégraphique minimale de la chorégraphe suisse Yasmine Hugonnet ; et la reprise de Cie Cie du chorégraphe Jérôme Bel avec 20 danseur·euse·s dijonnais·aise·s. Les communes périphériques seront quant à elles le terrain de jeu de plusieurs artistes pour le dernier week-end du festival : Céline Larrère proposera un Safari dans les espaces escarpés de la Combe aux fées à Talant, Caroline Grosjean activera ses Fragments à la Redoute de Saint-Apollinaire et Sarath Amarasingam présentera sa toute nouvelle création située, Out of Sri lanka, aux Grésilles, au pied de la barre d’immeuble Boutaric. 

Le festival se clôturera par un moment festif aux Grésilles à Dijon, orchestré par l’artiste chorégraphique Julie Desprairies avec la participation active des habitant·e·s du quartier : Dansez sur moi !

 

“Embrassez-vous, enlacez-vous

Ma voix vous montre la voie

La voie lactée, la voie clarté 

Où les pas ne pèsent pas

Dansez sur moi

Dansez sur moi”

Extrait de la chanson Dansez sur moi de Claude Nougaro

 

s'incrire à la missive Pour recevoir nos actualités